Search Placeholder

Nature Represented

Pour la première fois, le milieu naturel équatorien bénéficie de ses propres droits avec la participation bénévole de 4 000 avocats.

Les systèmes juridiques du monde traitent les espèces et les écosystèmes comme des OBJETS et des BIENS PRIVÉS, résultant en une économie associée à la destruction de la nature. Pour contrer cela, une nouvelle constitution a été approuvée en Équateur. Cette constitution est la première au monde à reconnaître le droit des écosystèmes d’exister, de persister, de se régénérer et d’évoluer. Cependant, les multinationales continuent de contester les nouvelles lois afin de promouvoir la fracturation hydraulique, le forage et l’exploitation minière en Équateur et dans les écosystèmes de la planète. Sambito, une organisation équatorienne spécialisée dans les solutions environnementales, s'est tournée vers des avocats locaux et internationaux dans le cadre d'un partenariat avec le barreau équatorien, les invitant à affecter des heures de bénévolat à la plate-forme Nature Represented. Cette armée d'avocats a ensuite pu choisir parmi des centaines d'écosystèmes et d'espèces nécessitant une protection. Aujourd'hui, l'Équateur contribue massivement en faveur des objectifs mondiaux de développement durable fixés par les Nations Unies, notamment dans les domaines de la protection du milieu marin et de la réduction de la déforestation et des émissions de CO2. Pas moins de 3 850 avocats ont contribué par des prestations bénévoles s'élevant à plus de 202 millions de dollars.